En ce moment à l'antenne
  • Fan de Funk
  • Deep Groove Radio show
  • Jazz s'Il Vous Plait
  • Les Grands Enfants
  • British Connection
Vos émissions en Replay, n'importe où, n'importe quand !
 
Vos émissions en Replay, n'importe où, n'importe quand !
  • Fan de Funk
  • Deep Groove Radio show
  • Jazz s'Il Vous Plait
  • Les Grands Enfants
  • British Connection
En ce moment à l'antenne
jeudi 14 déc.  
OLÉRON11°
9.9°
AIX11°
LA ROCHELLE9.9°
ROCHEFORT10.4°
MARENNES10.4°
ROYAN10.4°

SPORTS

L'Américain, Floyd Mayweather (à gauche) et l'Irlandais Conor McGregor ne disputeront aucun titre officiel mais s'opposeront pour le combat qui devrait être le plus rentable de l'histoire. - John Gurzinski/AFP

Boxe : Mayweather-McGregor, le combat à 1 milliard de dollars

vendredi 25 août 2017 - 06:00
+VIDEO. Hérésie pour les puristes, l’affrontement a lieu samedi soir à Las Vegas.


Cent dollars le combat de boxe... à la télé ! C'est le prix que devront débourser les Américains pour voir le « combat du siècle », en tout cas décrit comme tel par ses promoteurs, samedi soir. Presque autant que pour accéder à l'année à l'ensemble du catalogue Netflix !

Pour les amateurs de boxe, pourtant, ce choc frôle l'hérésie. D'un côté, Floyd Mayweather, star américaine de sa génération, invaincu en professionnel, vainqueur il y a deux ans du précédent « combat du siècle » contre le Philippin Manny Pacquiao et sorti pour la deuxième fois de sa retraite, à quarante ans. De l'autre, Conor McGregor, Irlandais de onze ans son cadet, champion de MMA (arts martiaux mixtes, ou combat libre), un sport qui mixe boxe, lutte et pugilat et où tous les coups, ou presque, sont permis. Un peu comme si le PSG affrontait une équipe de football de plage ou que l'on organisait une course entre une Formule 1 et une voiture de rallye...

Mayweather favori

Les bookmakers donnent Mayweather largement favori, en partie parce que le combat utilisera les règles de la boxe. En tout cas, l'Américain a déjà gagné le combat du business, justifiant son surnom de « Money » Mayweather. Quel que soit le résultat, il est assuré d'empocher 100 millions de dollars, une somme qui pourrait monter à 250 millions après répartition des recettes télévisées. Bien au-dessus de son adversaire (environ 100 millions tout de même). Car le choc, qui ne compte pour aucun titre officiel, est une affaire de gros sous et pourrait devenir le combat le plus rentable de l'histoire, avec des recettes frôlant le milliard de dollars !

« Pay-per-view » : le jackpot

Première source de revenus de ce choc hors normes, donc : la télévision. C'est un système de retransmission en « pay-per-view » qui a été choisi par Showtime Sports, la division de la chaîne Showtime, propriété de CBS, qui détient les droits de diffusion. Le dispositif est le même que lors du combat entre Mayweather et Pacquiao, il y a deux ans, le prix aussi (99,95 dollars). Et 4,4 millions d'Américains s'étaient alors offert le match ! Pour le combat de samedi, les organisateurs tablent sur un minimum de 5 millions de paiements à l'acte, soit 500 millions de dollars de revenus, sans compter les achats à l'international, certains pays ayant opté aussi pour le « pay-per-view », à des tarifs toutefois moins élevés. En France, c'est Canal+ qui a acquis les droits, pour une diffusion classique.

Outre-Atlantique, les bars aussi ont dû mettre la main au portefeuille : ils ont été, eux, facturés selon leur fréquentation, entre 25 et 50 dollars par client ! Autant dire que certains devront pousser à la consommation pour rentabiliser leur investissement... Critiquée il y a deux ans pour ne pas avoir voulu entrer dans ce système, l'enseigne Buffalo Wild Wings a annoncé cette semaine que la moitié de ses 1.200 restaurants diffuseraient l'événement.

Et ce n'est pas tout. Plusieurs sociétés ont voulu s'associer au combat. La marque de bière mexicaine Corona aurait déboursé près de 10 millions de dollars pour en être le sponsor principal, et le total des revenus du sponsoring devrait dépasser les 25 millions. Il faut y ajouter la billetterie de la T-Mobile Arena de Las Vegas (plus de 70 millions), les produits dérivés (6 millions) ou encore les recettes publicitaires générées par les programmes diffusés les jours précédents, sur YouTube notamment, pour « chauffer » l'ambiance. 


Source : Les Echos - Nicolas Rauline
[ Lire l'article ]